Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

7 mai 2014 3 07 /05 /mai /2014 10:50

 

 

Mariann-B---web.jpg

 

 

 

J'ai longuement fouillé ma mémoire pour tenter de retrouver le visage de Mariann sous mon crayon hésitant...

Pourtant si les contours son flous, sa présence reste gravée à jamais.

Je la vois encore s'approcher de moi comme un chat facétieux, et me glisser dans un presque murmure avec son accent hongrois si singulier (qui roulait les r avec délice) :

"Thierrrry, on fait un blotti ?"... Elle attendait rarement ma réponse, et s'installait sur mes genoux avec un large sourire, en passant ses bras autour de mon cou, et plongeant son regard dans le mien.

 

 

Elle était artiste-peintre, avait étudié aux Beaux-Arts de Paris. Elle adulait Mozart et son requiem, dansait le jazz, et était fascinée par les alchimistes. Elle me fit découvrir l'extraordinaire peintre & illustrateur russe Ivan Bilibine... je lui fit découvrir Harry Nilsson...

Mariann était comme une enfant passionnée qui refusait de grandir, en cela je me sentais proche d'elle. Elle riait pour conjurer le sort et oublier une vie bousculée bien trop remplie déja et pas de choses toujours bien agréables; une vie qui l'avait trop souvent forcée à grandir vite et s'endurcir, de Budapest à Paris...

La mort ne semblait plus lui faire peur. Derrière ses yeux sommeillaient des abysses de douleur.

 

 

Un vilain jour, Mariann décida d'éteindre cette lumière artificielle qui lui brûlait les yeux, et elle partie rejoindre Wolfgang, et son vieux maître, alchimiste admiré, ce père réinventé qui semblait l'avoir protégée et guidée, et qui lui manquait tant. Elle avait vingt-six ans.

 

Je veux croire qu'elle est toujours vivante, joyeuse et bondissante, quelque part...

Elle l'est, en moi, en tous cas.


 

Ces quelques petites peintures sur papier publiée ici, sont celles qu'elle avait réalisées à mes côtés dans cet sinistre "atelier" insalubre où nous étions tous deux, et quelques autres, employés, pour des salaires de misère, à mettre en valeur les déjections alimentaires de la plus grande firme de restauration rapide de la planète.  

 

 

 

le château de Mariann

 

 

 

 

 

 

 

Mariann-Hordai---le-potier-copie-1.jpg

 

 

 

La-vieille-paysanne---web.jpg

 

 

Mariann & moi

Partager cet article

Repost 0
Published by TCardinet
commenter cet article

commentaires

Articles Récents