Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

28 janvier 2010 4 28 /01 /janvier /2010 12:59
Devant le succès remporté par les blogs "retro" ( merci pour vos aimables commentaires ), je poursuis donc dans cette voie; ce qui me donne le temps par ailleurs de combattre une paresse chronique, et de tenter de travailler sur des choses nouvelles.


Aujourd'hui, suite de la série des "portraits", puisque cet exercice fut longtemps mon travail de fond personnel, le terrain propice à l'expérimentation des techniques les plus diverses. 
C'est aussi ce qui me permit de faire mes premières publications "parisiennes", notamment avec La Revue du Cinéma, exellent magazine aujourd'hui hélas disparu.


Walken étude87                                                                Chris Walken première étude

Les acteurs, les actrices, les musiciens, furent souvent mes "modèles", ( ils continuent encore de l'être ponctuellement ), mes supports de prédilections. Plus largement les gens du spectacle, cinéma, theâtre et musique confondus. Les passeurs d'imaginaire.
Il m'est arrivé d'échafauder de grandes théories fumeuses à l'époque pour justifier ce choix, empruntant au passage aux génies d'Oscar Wilde et d'Antonin Artaud !
Aujourd'hui, cela me fait gentiment sourire. Je transformais simplement mes admirations, mes fascinations, en actes créatif. Un processus d'identification, dirait un psy ! 
Ce qui m'a quand-même amené à rencontrer quelques artistes "en vrai", et vivre ainsi de brefs mais inoubliables moments. Comme cette rencontre à jamais gravée avec le grand Robert Hirsch en 1989 au Théâtre La Bruyère, à l'époque où il jouait "Moi, Feuerbach" de Tankred Dorst.


sad King                                                                          le Roi Hirsch

Une autre rencontre toute aussi inoubliable, celle avec la jeune et pétillante Zabou Breitman, au premier festival "BD Boum" à Blois en 1984 !
Zabou                                                                                  Zabou

  Sans doute faut-il voir là une vocation contrariée... Celle d'un musicien raté, d'un chanteur frustré, d'un comédien rentré ?  
Monter sur les planches, entrer en piste pour faire le clown ! C'était cela mon premier vrai rêve, celui qui agitait ma tête folle de gamin turbulent pendant les récréations alors que je faisais rigoler mes petits camarades (et accéssoirement quelques professeurs.)
Enfant, mes idoles s'appellaient Stan Laurel, Jerry Lewis, Buster Keaton... II m'en est sûrement resté quelque chose.


Buster
Le rigolo de service, il ne fallait pas le chercher longtemps sur les bancs de l'école !.. Et même en treillis militaire, "il" n'était jamais le dernier pour amuser la galerie. Une manière comme une autre de résister à l'hostilité du monde ambiant, et survivre à son absurdité.

singing with Lionel Hampton 1983                                                            Comment le "2ème classe Cardinet" fit un duo avec Lionel Hampton !


"Jouer à être un autre", endosser mille costumes et personnages, vivre cent vies différentes, mourir avec panache... Mais renaître avec l'innocence retrouvée. 
Passer de l'ombre à la lumière, du bien au mal. Du silence au vacarme.


autoportrait-a-l-etroit.jpg
                                                                  autoportrait

Partager cet article

Repost 0

commentaires

sandra, Marquise des Aubrais 07/02/2010 13:00


géniale la photo de l'armée....


Dom-Jeannette 30/01/2010 09:36


Magnifiques galerie de portraits ! Et belle quête que celle de l'innocence... En espérant que si tu la trouves, personne ne fasse appel !


martinefa* 30/01/2010 04:29


Oui oui, je confirme : il t'en est resté quelques chose :)


Articles Récents