Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

18 juillet 2009 6 18 /07 /juillet /2009 10:42


Il arrive souvent que dans un film, un personnage apparaisse de façon fugace et marque de son empreinte la mémoire du spectateur.

J'ai toujours été sensible à ces apparitions, ces "petits rôles" qui font toutes le charme et la richesse d'une histoire, quelle qu'elle soit. Et je ne parle pas seulement ici des "seconds couteaux"... mais des troisièmes, voire des quatrièmes !
 
Il y a quelques siècles de cela, j'ai consacré une partie de mon travail d'étudiant aux Beaux-Arts à cette étude, en prenant comme "modèle" l'actrice américaine Suzanne Pleshette... Dont le seul rôle de l'institutrice dans "Les Oiseaux" d'Alfred Hitchcok a suffit à lui donner une place de choix dans l'Histoire du Cinéma.
Bien sûr, Suzanne Pleshette a fait plus et mieux que cette seule performance dans ce film mythique ; puisqu'elle fut d'abord une actrice de théâtre reconnue au début de sa carrière, et ensuite une vedette populaire de la tv américaine durant trois décennies, alignant les "guest" dans une nombre incalculable de séries et de téléfilms !
Mon enquête à l'époque, pris assez vite la forme d'une obsession...

                                                                    Suzanne Pleshette



Depuis, mes obsessions ont pris d'autres chemins... Mais j'ai toujours été attentif à ces "bonnes ouvrières" du petit et du grand écran. Modestes étoiles qui n'ont parfois que le temps d'une seule séquence, de quelques plans, pour briller et défendre un personnage, donner de la substance à leur rôle. 
Ces perles rares peuvent s'avérer aussi éblouissantes et innoubliables que les "stars"  du devant de la scène ; lesquelles, l'espace de ce bref et magique instant, se font voler la vedette... les exemples fourmillent.

Ma dernière "Guest Star" en date s'appelle
Georgina Ward...
Je fus scotché un jour par une courte scène dans un épisode de Chapeau Melon & Bottes de Cuir  ( " Les Aigles" - 1965 ), où elle faisait assaut d'éloquence avec Patrick McKnee, alias John Steed ! Un de ces duels à fleurets mouchetés dont regorgent les 3 saisons innoubliables avec Mme Peel... ( précisons que je suis aussi un inconditionnel de Emma Peel )... Bref, Georgina Ward qui interprète la fulgurante et pétillante Davinia Todd me fit forte impression !


                                                          Patrick McKnee & Georgina Ward


Je l'ai croisée plus récemment dans deux épisodes de Destination Danger.
Dans celui intitulé "The Black Book", elle y incarne le rôle d'un jeune femme rusée et farouche à la colle avec un ancien agent de l'est devenu maître-chanteur.
Un exellent épisode ( d'une série épatante à redécouvrir ! ) avec deux scènes formidables qui prennent là encore la forme d'une joute verbale et érotique entre Patrick Mc Goohan ( comme toujours impeccable ) alias le faux cynique John Drake, et l'ensorcelante Georgina Ward, alias Simone.
Deux scènes pour moi devenues aussi précieuses que bien des chefs d'oeuvres complets du 7ème Art ! Comprenne qui pourra.

                                                                                 "Simone under the bridge"

 
Après enquête via le net, j'ai découvert que Georgina fut aussi et surtout actrice de théâtre à Londres, et qu'elle apparu ponctuellement dans quelques films pour le grand écran, dont un film français : "A Coeur Joie" de Serge Bourguignon  ( sorti en 1967, qui réunissait Brigitte Bardot , Laurent Terzieff , Jean Rochefort et Murray Head... On fait de ces trouvailles ! )... et un nanar érotico-psychédélique : " With These Hands" ( rebaptisé pour le marché video : "Sex Clinic"... et en France avec la subtilité qui nous est coutûmière : "La Masseuse Perverse" !.. Quand j'vous dis que l'on fait de sacrées trouvailles ! ) réalisé par Don Chaffey, qui fut quand-même un des créateurs de la série Le Prisonnier, et du cultissime "Jason et Les Argonautes".



Mais les éphémères disparaissent dans la nuit à jamais ...
Tant et si bien que l'on croit les avoir rêvées ! Comme tous ces lueurs de bonheur si vite entrevues.
Je trouve cela plus émouvant que tout. Il y a sans doute dans cette "chasse à l'apparition", aux papillons rares, une tentative de capturer l'innéfable beauté de l'instant.  
C'est donc sans hésiter que je fais mienne la mélancolie infinie qui scintille dans les beaux yeux de Georgina pour l'éternité.

Georgina Ward "The Black Book"

 

Partager cet article

Repost 0
Published by thierry cardinet - dans cardinet
commenter cet article

commentaires

Hubert 20/07/2009 13:42

Trop fort Thierry, je ne connaissais pas ces actrices. Mais moi aussi je suis un peu comme toi. Qui connaît Delphine Zentout ou Elodie navarre ou qui se souvient de Sylvie Guillemin, Faruza Balk ou Kim Director?

Articles Récents